25Au fil des ans, les lieux, tout comme la duree et les rythmes de ces festivites, ont ete transformes. Dans un premier temps, la fantasia allait devenir l'evenement (et le lieu) dominant du festival, tandis que le pelerinage allait rapidement pericliter.
26L'affaiblissement de ce regroupement religieux s'est inscrit dans le mouvement de marginalisation des zaouias comme espaces publics de culte local que la Tunisie a connu apres l'independance. Dans le cadre de la modernisation voulue par le nouvel Etat, les instances religieuses du pays furent reorganisees et controlees par la nouvelle elite dirigeante. Pour avancer sur la voie du < progres > et de la < modernisation >, celle-ci decide de rompre avec les codes institutionnels et juridiques, mais aussi linguistiques, architecturaux, artistiques, etc., qui agencaient la societe avant la colonisation. Comme dans d'autres republiques laiques du monde arabe, le pouvoir tunisien fit alors < table rase des anciennes structures > (Burgat, 2002, p. 79)16. Ainsi, dans les annees 1950 a 1970, les instances religieuses, considerees comme < antimodernes >, sont mises au rebut par Habib Bourguiba et l'ensemble des dirigeants de la jeune Republique tunisienne.
27A travers le pays, de nombreuses zaouias furentalors transformees, voire detruites. Le tombeau de Sidi Amor Bou Hajla fut toutefois conserve et il continua a etre l'objet d'un culte de la part de la population locale. Sans etre jamais reellement menace de destruction par les autorites locales (constituees, entre autres, de quelques notables reverant le saint Sidi Amor), le tombeau n'en fut pas moins < oublie > par les autorites. De fait, il est longtemps reste situe a la peripherie de la commune qui s'edifiait progressivement.
28Ainsi, le premier Plan d'amenagement de la commune, elabore dans les annees 1970 et approuve en 1978 par le ministere de l'Equipement (Direction de l'amenagement du territoire), projetait-il de construire, a proximite de la qubba, de nombreux logements, mais egalement un entrepot industriel. Dans ce meme document, cette qubba figure au sein d'une < zone de service et d'equipement > et la portion de terrain contenue entre le cimetiere et la qubba - qui etait a l'origine reservee a l'extension du cimetiere - y etait alors voue a la construction d'une zone residentielle a forte densite. Les autorites donnaient ainsi un sens nouveau a ce lieu, en l'affectant en espace communal < utile >, et en affaiblissant sa vocation d'espace de recueillement collectif. De cette facon, pendant une trentaine d'annees, la qubba devint un lieu de recueillement plus < discret >, plus < intime >. viagra génériqueLe pret personnel sans justificatif